Choisissez un transparent Régions admin. Région de conserv. des oiseaux Blocs Coordonnées Écoprovinces Villes et routes
[Fermer]
Tétras à queue fine, H. Loney Dickson
Photo © H. Loney Dickson

Photo: H. Loney Dickson
Indices de nidification - Tétras à queue fine
Indices de nidification
Probability of observation - Tétras à queue fine
Probabilité d'observation

Cliquez pour obtenir une version agrandie ou pour ajouter des transparents

Tétras à queue fine
Tympanuchus phasianellus

Cliquez sur le graphique pour consulter un tableau des valeurs
Élévation:
931 - 1092 m
Statut de conserv.:
BCRISC: Blue (columbianus subspecies)
Importance globale
de la population de C.-B.:
6
Nombre de parcelles
ConfirméProbablePossiblePoints d'écoute
22 23 35 1
Tendances BBS à long terme
RégionAnnéesTendance (interv. de conf.) Fiabil.
Canada1970 - 2012 0.232 (-2.34 - 6.52)Low

Abondance moyenne par région

Régions de conservation des oiseaux [graphique]
Forêt intérieure du N.-O.Taïga des plaines boréalesGrand bassinRocheuses du NordForêt pluviale du N. du Pacifique
       
Écoprovince [graphique]
Montagnes boréales du nord Plaines de la taïga Plaines boréales Dépression de Georgie Intérieur subboréal
       
Montagnes intérieures du sud Intérieur centre Intérieur sud Montagnes du sud de l'Alaska Côte et montagnes
       

Abondance moyenne par habitat [graphique]

Boreal Altai Fescue AlpineBoreal White and Black SpruceBunchgrassCoastal Douglas-fir
    
Coastal Mountain-heather AlpineCoastal Western HemlockEngelmann Spruce -- Subalpine FirInterior Cedar -- Hemlock
    
Interior Douglas-firInterior Mountain-heather AlpineMontane SpruceMountain Hemlock
    
Ponderosa PineSpruce -- Willow -- BirchSub-Boreal Pine -- SpruceSub-Boreal Spruce
    

Caractéristiques et aire de répartition Le Tétras à queue fine est un gibier à plumes de couleur discrète et de taille moyenne qui porte des peignes jaunâtres au-dessus de ses yeux; il est le plus connu pour la danse de parade élaborée des mâles. Il s'agit de la seule espèce de tétras existante en Colombie-Britannique qui a un comportement de lekking. Pendant la saison de reproduction, les mâles se rassemblent à des endroits traditionnels (leks) où ils tentent d'attirer de partenaires en effectuant une danse de parade pendant laquelle ils frappent le sol de leurs pattes tout en gonflant des poches d'air pourpres de chaque côté de leur gorge. On ne le trouve qu'en Amérique du Nord, où il réside dans et autour d'habitats de reproduction découverts propices dans la forêt boréale du nord-ouest et vers le sud, dans les régions des Prairies, des Grands Lacs et du Grand Bassin. Il occupe à présent une aire de répartition fortement réduite comparativement au début des années 1900 (Connelly et coll. 1998).

Répartition, abondance et habitat Trois des sept sous-espèces se trouvent dans la province : la sous-espèce de l'Alaska (T. p. caurus) dans le coin nord-ouest de l'écoprovince Montagnes boréales du nord et autour du lac Tagish; la sous-espèce des plaines (T. p. jamesi) dans l'écoprovince Plaines boréales; et la sous-espèce de Columbia (T. p. columbianus) dans les écoprovinces Intérieur subboréal, Intérieur centre et sud (Leupin 2003). Le Tétras à queue fine vit également dans le bassin hydrographique de la rivière Fort Nelson de l'écoprovince Plaines de la Taïga, mais l'on ne sait pas quelles sous-espèces y vit. Auparavant, la sous-espèce de Columbia était plus répandue, mais l'on pense que de nombreuses populations ont à présent disparu; des rapports établis dans l'est des Kootenays au milieu des années 2000 donnent à penser que des restes subsistent, ou qu'une recolonisation peut avoir eu lieu depuis les États-Unis (Leupin et Chutter 2007). L'Atlas a trouvé des preuves de reproduction dans toutes ces aires, sauf dans les écoprovinces Montagnes boréales du nord et Montagnes intérieures du sud.

Même dans les aires d'occurrence connues, les probabilités d'observation étaient faibles, ce qui rend compte de la nature localisée et sporadique de sa distribution et du moment précoce pendant la saison de reproduction du lekking, lorsque les Tétras à queue fine sont les plus visibles, mais peu de participants à l'Atlas effectuaient des relevés. Selon les données de relevés provinciales, Leupin et Chutter (2007) ont estimé que la sous-espèce de Columbia en Colombie-Britannique s'établissait entre 8 500 et 14 000 oiseaux; les tailles de la population de la sous-espèce septentrionale ne sont pas connues (Leupin 2003).

Le Tétras à queue fine utilise des zones découvertes jouxtant des zones arbustives et/ou des forêts-parcs. Dans l'écoprovince intérieure méridionale, ces zones sont fournies principalement par des habitats de prairie dans la zone biogéoclimatique à graminées cespiteuses. Dans certaines régions, particulièrement dans l'écoprovince intérieure centre, ils se sont bien adaptés aux habitats éphémères dans des zones de coupe. Dans les forêts boréales du nord de la Colombie-Britannique, les forêts-parcs de trembles, les marais, les prés et les brûlis sont préférés. Les leks ont lieu dans des habitats très découverts à herbe courte, tandis que les nids sont construits sur le sol dans les zones environnantes davantage couvertes.

Conservation et recommandations Ni l'espèce ni une quelconque sous-espèce n'est réputée être en péril au Canada, et la proportion de la population mondiale en Colombie-Britannique est très faible (Comité scientifique de Partenaires d'envol 2013). En Colombie-Britannique, l'espèce dans son ensemble n'est pas considérée comme étant en péril (ministère de l'Environnement de la Colombie-Britannique 2014). Cependant, la sous-espèce de Columbia est répertoriée dans la liste bleue par suite de le déclin des populations à travers sa gamme et extinctions régionales dans le sud de la Colombie-Britannique probablement causés par la perte et de la fragmentation de l'habitat de prairie (Leupin et Chutter 2007). Bien que quelques pertes d'habitat se soient produites en Colombie-Britannique, la plus grande partie a eu lieu aux États-Unis, réduisant l'aire de répartition du Tétras à queue fine à 10 % de son étendue antérieure, ce qui fait que la Colombie-Britannique détient à présent une des plus importantes populations restantes de la sous-espèce de Columbia. La province a contribué des oiseaux provenant d'habitats coupés à blanc éphémères aux efforts de rétablissement américains.

Il est recommandé de continuer et d'étendre les relevés existants de lek par la Direction de la faune de la Colombie-Britannique afin d'inclure d'éventuelles aires supplémentaires désignées par le projet Atlas et d'entreprendre une recherche pour déterminer les sous-espèces présentes dans le bassin hydrographique de la rivière Fort Nelson.

Myke Chutter

Citation recommandée: Chutter, M. 2015. Tétras à queue fine dans Davidson, P.J.A., R.J. Cannings, A.R. Couturier, D. Lepage, et C.M. Di Corrado (eds.). Atlas des oiseaux nicheurs de Colombie-Britannique, 2008-2012. Études d'Oiseaux Canada. Delta, C.-B. http://www.birdatlas.bc.ca/accounts/speciesaccount.jsp?sp=STGR&lang=fr [10 avr. 2020]

Bird Studies Canada Privacy Policy | Accessibility Policy
British Columbia Breeding Bird Atlas, Bird Studies Canada, 5421 Robertson Road Delta, BC V4K 3N2 Canada
Phone: 1-877-592-8527 E-mail: bcbirdatlas@bsc-eoc.org
Banner photo: Glenn Bartley