Choisissez un transparent Régions admin. Région de conserv. des oiseaux Blocs Coordonnées Écoprovinces Villes et routes
[Fermer]
Chouette épervière, Ian Routley
Photo © Ian Routley

Photo: Ian Routley
Indices de nidification - Chouette épervière
Indices de nidification

Cliquez pour obtenir une version agrandie ou pour ajouter des transparents

Chouette épervière
Surnia ulula

Cliquez sur le graphique pour consulter un tableau des valeurs
Élévation:
458 - 1960 m
Statut de conserv.:
Non menacée
Importance globale
de la population de C.-B.:
6
Nombre de parcelles
ConfirméProbablePossiblePoints d'écoute
9 6 33 6
Tendances BBS à long terme
RégionAnnéesTendance (interv. de conf.) Fiabil.
Les tendances BBS ne sont pas disponibles pour cette espèce

Abondance moyenne par région

Régions de conservation des oiseaux [graphique]
Forêt intérieure du N.-O.Taïga des plaines boréalesGrand bassinRocheuses du NordForêt pluviale du N. du Pacifique
0.250.03  0.09  
Écoprovince [graphique]
Montagnes boréales du nord Plaines de la taïga Plaines boréales Dépression de Georgie Intérieur subboréal
0.250.03    0.11
Montagnes intérieures du sud Intérieur centre Intérieur sud Montagnes du sud de l'Alaska Côte et montagnes
 0.06     

Abondance moyenne par habitat [graphique]

Boreal Altai Fescue AlpineBoreal White and Black SpruceBunchgrassCoastal Douglas-fir
 0.03  
Coastal Mountain-heather AlpineCoastal Western HemlockEngelmann Spruce -- Subalpine FirInterior Cedar -- Hemlock
  0.25 
Interior Douglas-firInterior Mountain-heather AlpineMontane SpruceMountain Hemlock
0.06   
Ponderosa PineSpruce -- Willow -- BirchSub-Boreal Pine -- SpruceSub-Boreal Spruce
   0.11

Caractéristiques et aire de répartition La chouette épervière se reproduit dans les forêts boréales circumpolaires et du sud, allant de l'Alaska à la côte Atlantique et de la Sibérie à la Scandinavie. Elle se distingue parmi les hiboux par son comportement diurne et sa morphologie ressemblant à un faucon Accipiter, en raison de sa longue queue effilée et de ses ailes assez pointues. Cette espèce n'est généralement pas migratrice, sauf au cours d'hivers rigoureux et des périodes de faible disponibilité de proies où elle peut se diriger et irrupter plus loin au sud, ce qui fait plaisir aux observateurs d'oiseaux. Il se peut que cette espèce soit aussi un migrateur altitudinal dans les montagnes de la Colombie-Britannique et de l'ouest.

Répartition, abondance et habitat La Chouette épervière est observée dans tout l'intérieur de la Colombie-Britannique, y compris sur les flancs ouest de la chaîne Côtière et de la chaîne des Cascades. Elle niche localement dans les montagnes et sur les plateaux, principalement dans le centre et le nord de la Colombie-Britannique, mais elle n'est commune à aucun endroit. L'Atlas indique une aire similaire à celle mentionnée dans The Birds of British Columbia publié en 1990, mais n'a enregistré aucune observation dans la moitié ouest des Montagnes boréales du nord. Il n'y a aucune raison de croire que l'espèce ne s'y trouve plus; cet oiseau à faible densité n'a tout simplement pas été observé dans cette région éloignée et assez inaccessible dans laquelle peu d'observateurs se sont rendus. Ses jeunes à l'envol sont bruyants et les adultes aiment se percher au sommet de chicots saillants, l'espèce n'est donc pas discrète lorsqu'elle se reproduit. Elle est également très nomade, nichant dans des régions à forte densité de proies pendant une année ou plus avant de se déplacer; elle n'occupe donc pas nécessairement toute son aire de nidification chaque année.

Il n'y avait pas assez de données pour calculer l'abondance et élaborer un modèle des probabilités d'observation. L'espèce est toujours clairement une résidente rare de l'intérieur nord, et une résidente locale et rare aux altitudes plus élevées de l'intérieur sud (Campbell et coll. 1990). Elle niche au sommet d'arbres cassés et dans des trous percés par les pics dans des forêts de conifères et mixtes modérément ouvertes, composées d'épicéas (Picea), de sapins subalpins (Abies lasiocarpa) et de pruches subalpines (Tsuga mertensiana) (Campbell et coll. 1990), et des marais près d'ouvertures créées par l'exploitation forestière ou par des incendies de forêt (Duncan et Duncan 2014). On trouve peu de nids et la plupart des relevés de reproduction confirmée concernent des jeunes à l'envol. Il y a eu un relevé de nid plutôt anormal dans l'intérieur sud, dans la vallée sèche et chaude du fleuve Fraser, au nord de Lytton, dans la zone biogéoclimatique du pin ponderosa, où cela était le plus inattendu (Routley 2012).

Conservation et recommandations Cette espèce est solitaire et diurne et n'est donc pas très bien étudiée par le Relevé des oiseaux nicheurs ou l'étude des hiboux nocturnes. On ne la considère pas normalement menacée au Canada et la majorité de son territoire se trouve hors des régions de récoltes commerciales du bois (Duncan et Duncan 2014). Cette espèce est très tolérante de la présence d'humains : des ouvertures créées dans les forêts par les activités forestières peuvent améliorer la chasse, mais peuvent aussi réduire les habitats de nidification.

Christopher Di Corrado

Citation recommandée: Di Corrado, C. 2015. Chouette épervière dans Davidson, P.J.A., R.J. Cannings, A.R. Couturier, D. Lepage, et C.M. Di Corrado (eds.). Atlas des oiseaux nicheurs de Colombie-Britannique, 2008-2012. Études d'Oiseaux Canada. Delta, C.-B. http://www.birdatlas.bc.ca/accounts/speciesaccount.jsp?sp=NHOW&lang=fr [24 févr. 2020]

Bird Studies Canada Privacy Policy | Accessibility Policy
British Columbia Breeding Bird Atlas, Bird Studies Canada, 5421 Robertson Road Delta, BC V4K 3N2 Canada
Phone: 1-877-592-8527 E-mail: bcbirdatlas@bsc-eoc.org
Banner photo: Glenn Bartley