Choisissez un transparent Régions admin. Région de conserv. des oiseaux Blocs Coordonnées Écoprovinces Villes et routes
[Fermer]
Piranga à tête rouge, Alan Burger
Photo © Alan Burger

Photo: Alan Burger
Indices de nidification - Piranga à tête rouge
Indices de nidification
Probability of observation - Piranga à tête rouge
Probabilité d'observation
Élévation - Piranga à tête rouge
Élévation

Cliquez pour obtenir une version agrandie ou pour ajouter des transparents

Piranga à tête rouge
Piranga ludoviciana

Cliquez sur le graphique pour consulter un tableau des valeurs
Élévation:
0 - 2192 m
Statut de conserv.:
Non menacée
Importance globale
de la population de C.-B.:
5
Nombre de parcelles
ConfirméProbablePossiblePoints d'écoute
242 471 1303 1249
Tendances BBS à long terme
RégionAnnéesTendance (interv. de conf.) Fiabil.
Brit. Col.1970 - 2012 1.1 (0.395 - 1.78)Medium
Canada1973 - 2012 1.23 (0.572 - 1.89)Medium

Abondance moyenne par région

Régions de conservation des oiseaux [graphique]
Forêt intérieure du N.-O.Taïga des plaines boréalesGrand bassinRocheuses du NordForêt pluviale du N. du Pacifique
0.160.2 0.280.18 0.19
Écoprovince [graphique]
Montagnes boréales du nord Plaines de la taïga Plaines boréales Dépression de Georgie Intérieur subboréal
0.160.14 0.220.15 0.17
Montagnes intérieures du sud Intérieur centre Intérieur sud Montagnes du sud de l'Alaska Côte et montagnes
0.190.17 0.3  0.24

Abondance moyenne par habitat [graphique]

Boreal Altai Fescue AlpineBoreal White and Black SpruceBunchgrassCoastal Douglas-fir
 0.190.090.14
Coastal Mountain-heather AlpineCoastal Western HemlockEngelmann Spruce -- Subalpine FirInterior Cedar -- Hemlock
 0.20.080.22
Interior Douglas-firInterior Mountain-heather AlpineMontane SpruceMountain Hemlock
0.34 0.150.07
Ponderosa PineSpruce -- Willow -- BirchSub-Boreal Pine -- SpruceSub-Boreal Spruce
0.230.090.10.17

Caractéristiques et aire de répartition Précédemment considéré comme un véritable tangara de la famille des Thraupidés, des études génétiques récentes ont placé le piranga à tête rouge (anciennement tangara à tête rouge) dans la famille des cardinaux à gros bec (Cardinalidés) (Klicka et coll. 2007). Le plumage distinct du mâle comprend son visage et sa tête qui sont rouge, ce qui est notable en raison du pigment qui cause ceci, le rhodoxanthin, qui est dérivé de composantes de leur alimentation, probablement des insectes, contrairement à d'autres tangaras Piranga (Hudon 1991). Son aire de reproduction s'étend dans la majorité de l'ouest de l'Amérique du Nord, de la forêt boréale à la Basse-Californie. Il est un migrateur de moyenne distance, son aire d'hivernage étant concentrée du sud-ouest du Mexique au Costa Rica et de petites populations hivernent dans le sud de la Californie (Hudon 1999).

Répartition, abondance et habitat L'espèce possède une vaste aire dans toute la province à l'exception de Haida Gwaii; toutefois, le schéma global de sa distribution a peu changé depuis que l'ouvrage The Birds of British Columbia a été publié en 2001, ce qui donne à penser qu'elle niche à tout endroit où l'on trouve de hautes forêts de conifères ou mixtes, et elle est répartie plus étroitement le long de la côte humide ouest.

Le modèle des probabilités d'observation indique les valeurs les plus élevées dans les systèmes des vallées de l'intérieur et de la chaîne Côtière, dans le plateau intérieur, dans la Dépression de Georgia et dans les basses terres du nord-est. Les dénombrements par point précisent ce tableau, indiquant la plus forte abondance dans l'écoprovince Intérieur sud (inchangée depuis Campbell et coll. 2001), suivie des écoprovinces Côtes et montagnes et Plaines boréales.

Les vastes habitats privilégiés sont les vallées riveraines situées à une altitude inférieure à 1 250 m et dans des zones biogéoclimatiques sèches, en particulier celle du douglas taxifolié de l'intérieur. Dans ces régions, cette espèce a une preférence pour les habitats ouverts et en lisière, tels que des forêts ouvertes de conifères et mixtes, des zones riveraines, et d'autres types de forêts adjacents à des clairières naturelles et artificielles (Smith et coll. 1997, Campbell et coll. 2001, Stiles 1980). De manière générale, sa présence est plus probable dans des forêts plus anciennes avec une canopée plus haute et moins probable dans des forêts don't la densité des peuplements est plus forte (Schieck et Nietfeld 1995, Shy 1984).

Conservation et recommandations Au cours des dernières décennies, les populations ont vécu des grands revirements, positifs et négatifs. Toutefois, les populations actuelles sont un peu plus élevées de celles d'il y a 50 ans (Sauer et coll. 2014). Les projections climatiques sous-entendent que l'étendue des zones biogéoclimatiques de douglas verts de l'intérieur et de cèdres et de tsugas de l'intérieur augmentera au cours du prochain siècle (Hamann et Wang 2006, Flannigan et van Wagner 1990), ce qui pourrait avoir des effets bénéfiques sur les tangaras. La gestion de douglas verts (Pseudotsuga menziesii), de pins ponderosa (Pinus ponderosa) et de pins tordus latifoliés (Pinus contorta) et des forêts associées peuvent aussi affecter les populations de piranga à tête rouge en raison de leurs associations proches à cette espèce (Hudon 1999).

Mike Boyd

Citation recommandée: Boyd, M. 2015. Piranga à tête rouge dans Davidson, P.J.A., R.J. Cannings, A.R. Couturier, D. Lepage, et C.M. Di Corrado (eds.). Atlas des oiseaux nicheurs de Colombie-Britannique, 2008-2012. Études d'Oiseaux Canada. Delta, C.-B. http://www.birdatlas.bc.ca/accounts/speciesaccount.jsp?sp=WETA&lang=fr [08 avr. 2020]

Bird Studies Canada Privacy Policy | Accessibility Policy
British Columbia Breeding Bird Atlas, Bird Studies Canada, 5421 Robertson Road Delta, BC V4K 3N2 Canada
Phone: 1-877-592-8527 E-mail: bcbirdatlas@bsc-eoc.org
Banner photo: Glenn Bartley